27/08/2014 GFME Retour à la page générale
Suite
Médulloblastome/PNET (Primitive Neuro- Ectodermal Tumor)

40% des tumeurs sont sus-tentorielles (zone hachurée) et 60% sous-tentorielles.
Le médulloblastome est une tumeur sous-tentorielle maligne de la région postérieure de l'encéphale fréquente chez l'enfant (1/3 des tumeurs). La chirurgie et la radiothérapie permettent des rémissions prolongées(50% de survie à 5 ans).
Statistiques
50 nouveaux cas /an en France
3,7% de toutes les tumeurs. Fréquence importante entre 3 et 8 ans et prépondérance masculine
Classifications (Chang 1987)
9 classes
T1 tumeur < 3cm
T2 tumeur > 3 cm
T3 tumeur occupant le IVème ventricule
T4 tumeur envahissant le tronc
M0
M1 LCR positif
M 2 dissémination
M3
M4 métastases extra-névraxique
Médulloblastome standard
(T1 à T2) 60% des cas : exérèse complète, LCR négatif
Médulloblastome à risque
(T3 à M4) : 40% des cas
exérèse incomplète, disséminations.
Réirradiation et temozolomide (Temodal) journalier concomitant, une combinaison effective pour le contrôle local du médulloblastome
Source : Padovani L, André N, Gentet JC, Pr. Figarella Branger D, Scavarda D, Verschuur A, Pr Chinot O, Cowen D, Muracciole X., Département de l'Oncologie de la radiation, CHU La Timone, Assistance de Publique Marseille, France. laetitia.padovani@ap-hm.fr
Le médulloblastome (MO) est la tumeur de cerveau pédiatrique maligne la plus fréquente et une tumeur de l'âge adulte rare avec 20 à 30% de rechutes des malades et un pronostic pauvre. La gestion des récidives de la maladie représente un défi médical car la thérapie de sauvetage avec chimiothérapie intense est décevante. Nous rapportons une étude pilote de réirradiation et temozolomide journalier concomitant de MO en récidive focale. 5 malades de 10 à 27 ans au temps du 1er diagnostic ont été traités initialement avec une radiothérapie importante à dose pleine. Ils ont rechuté focalement et ont progressé sous chimiothérapie avec un temps à récidive variable de 2 à 15 ans après le diagnostic initial. Les malades ont été traités alors avec 3 réirradiations conformationnelmles concentrées sur la zône de rechute avec une dose médiane de 28 Gy (1,8 Gy par fraction) et temozolomide (Temodal) concomitant (75 mg/m2/jour) seul ou avec d'autres médicaments journalier. 5 réponses complètes ont été obtenues à la fin de radiochimiothérapie. La suite médiane était de 28 mois. Enfin par la suite, 3 malades ont progressé en dehors du champ de la radiothérapie sous le régime de chimiothérapie d'entretien et 1 est libre de maladie. Seulement 1 malade a rechuté dans le champ de la réirradiation. Aucune toxicité neurologique n'a été observée. Ces résultats indiquent une radiosensibilisation possible de temozolomide journalier avec la radiothérapie. Cette association pourrait jouer un rôle dans la gestion des patients MO à haut risque.
Pubmed : 22042276
Les derniers essais cliniques.
-15/05/2012,Vismodegib + Temozolomide Versus Temozolomide seul, patients avec Médulloblastome et Sonic Hérisson activé.
-17/05/2011, Thérapie antiangiogénique pour enfants avec médulloblastome récurrent ou en progression, MEMMAT. Bevacizumab, Thalidomide, Celecoxib, Fenofibric acid, Etoposide, Cyclophosphamide, Etoposide phosphate, cytarabine lyposomiale.
-14/06/2009, Vismogenib inhibiteur de la voie Sonic Hérisson, médicament Roche.
-07/10/2010, Temozolomide et Irinotecan Hydrochloride (Campto) avec ou sans Bevacizumab (Avastin) pour médulloblastome récurrent ou réfractairer. -
Plusieurs essais sont en cours dans divers hôpitaux pour des enfants avec des médulloblastomes en récidive avec l'utilisation de nouveaux agents chimiothérapeutiques, Irinotecan, Témodal, VP16, Temodal+VP16, 06-benzyl-guanine et une variété de plus nouveaux agents biologiques. D'autres essais utilisent des doses plus réduites de thérapie radiologique craniospinale pour des enfants avec le médulloblastome (18 GY au lieu de 24 GY). Il y a des études multiples pour améliorer les résultats pour les enfants avec la maladie à haut risque comme la chimiothérapie à haute dose avec la délivrance périphérique de cellules souches après la radiothérapie. Dans une autre approche on essaie la chimiothérapie intracrânienne. Cette approche est déjà en cours dans les enfants en bas âge. Désormais on privilégie l'inhibition de la voie Sonic Hérisson avec Vismodegib.
Cyclopamine et anti-cholestérol la piste prometteuse.
Un médicament, la Cyclopamine, qui inhibe la voie de signalisation critique dans le médulloblastome Sonic Hedgehog (SHH-GLI1), tue avec succès les cellules souches de médulloblastome. La Cyclopamine est chimiquement extraite à partir des lis de maïs (corn lilies) qui pousse dans les montagnes rocheuses. En laboratoire, le Pr. Eberhart avec la Cyclopamine a bloqué la voie SHH sur des cellules de médulloblastome. Une autre équipe qui a exploré le rapport entre le cholestérol et le cancer a confirmé le blocage du chemin Sonic Hedgehog (SHH) par la cyclopamine et augmenté l'apoptose dans les cellules du médulloblastome. De plus, le blocage de ce chemin a sensibilisé le médulloblastome aux effets proapoptotiques d'abaissement du cholestérol par l'agent lovastatin. Le blocage du chemin Sonic Hedgehog et l'inhibition de la synthèse du cholestérol dans le médulloblastome est une approche nouvelle et passionnante car elle vise des chemins cruciaux pour la survie tumorale. Mais la sécurité d'une telle approche a encore besoin encore d'être testée dans des modèles animaux avant son application dans les malades humains.
Témoignages
Le témoignage d'un parcours gagnant de Valentina
http://mypage.../valentina/traitement.html
Dickkopf-1 est un gène suppresseur de tumeur candidat dans le médulloblastome.
Vibhakar R, Foltz G, Yoon JG, Champ L, Lee H, Ryu GY, Pierson J, Davidson B, Madan A., Département de Pédiatrie, Université d'Iowa, Ville d'Iowa, IA 52242.
Le médulloblastome est une tumeur de cerveau pédiatrique hétérogène avec une morbidité considérable, la survie estimée à 5 ans varie de 30 à 70%. L'amélioration du diagnostic et la thérapie exige de mieux comprendre la pathologie du medulloblastome. Nous avons utilisé l'analyse microarray de génome entier pour identifier les gènes parasites et éliminer les mécanismes épigénétiques (changement de nature) dans le médulloblastome. Cette analyse a porté sur 714 gènes de médulloblastome de la lignée cellulaire D283 surexprimés. Nous avons découvert que le gène suppresseur de tumeur Dickkopf-1 (DKK1), un inhibiteur de Wnt, est surexprimé sans cet inhibiteur, l'histone HDAC.
Nous avons examiné l'expression de DKK1 dans les cellules du medulloblastome des souches fondamentales et des échantillons de malade par transcriptase inverse PCR et l'avons trouvé pour être anormalement bas comparé au cervelet normal. L'ajout d'un gène de construction de DKK1 dans les cellules D283 a supprimé l'augmentation du médulloblastome dans les essais. De plus l'expression de l'adénovirus, vecteur de DKK1 dans les cellules du medulloblastome a augmenté par 4, l'apoptose.
Conclusions :
Ces données révèlent que des modifications de l'histone HDAC peuvent libérer l'expression de DKK1 dans la tumorigenèse du médulloblastome et bloquer la tumeur.
Pubmed : 17329407
Médulloblastomes, la piste HCMV
J Clin Invest. 3 octobre 2011
Une étude récente d'une équipe de chercheurs au Karolinska Institut (Suède), lequel a été publié dans le Journal d'Enquête Clinique a trouvé qu'une grande proportion de médulloblastomes fondamentaux et des lignées cellulaires de médulloblastome sont infectées avec un virus connu sous le nom de cytomégalovirus humain (HCMV). Les auteurs de l'Institut suédois Karolinska déclarent : “Les antiviraux comme le valganciclovir et les inhibiteurs de COX-2 comme le Celebrex (celecoxib) ont empêché la reproduction de HCMV in vitro, empêché également la production de PGE2 et réduit la prolifération cellulaire du médulloblastome in vitro et in vivo. Le Ganciclovir n'a pas affecté la croissance des lignées cellulaires de tumeur HCMV-Négative. Ces conclusions impliquent un rôle important de HCMV dans le médulloblastome et suggèrent HCMV comme une cible thérapeutique nouvelle pour cette tumeur.
Pubmed : 21946257
Journal of pediatric Hematologie Oncolie décembre 2011

Le médulloblastome, généralités
Aucune prédilection
spécifique pour un groupe racial ou ethnique particulier.  Le médulloblastome frappe en majorité les garçons, rapport 1,5/1. Les ¾ des enfants diagnostiqués, le sont autour de 9 ans. A l’origine classé dans les gliomes, le médulloblastome se rapporte aujourd’hui aux tumeurs neuro-ectodermales primitives (PNET). Ils représentent 7-8% des tumeurs intracrâniennes et 30% des tumeurs de cerveau pédiatriques.  Il est localisé dans la fosse postérieure au niveau du cervelet mais a la propension de s'étendre également dans tout le système nerveux, moelle épinière compris. Il y a de 1,5 à 2 cas par 100.000 habitants avec 60 nouveaux cas chaque année en France. Si la majorité est aléatoire, des conditions héréditaires lui sont associées, le syndrome de Gorlin, de Turcot ou de Rubinstein-Taybi.  La complication la plus commune est l’hydrocéphalée, 10 à 50% des malades qui nécessite une intervention. L'infiltration de la tumeur dans le cervelet conduit à des difficultés pour se déplacer. La complication la plus à craindre  est la dissémination dans le liquide cérébro-spinal.
La maladie, le dépistage
Le médulloblastome représente la tumeur primaire la plus fréquente du système nerveux chez l'enfant (13 à 28% des tumeurs cérébrales de l'enfant et 3,7% des tumeurs cérébrales). On compte 50 nouveaux cas chaque année avec un pic entre 3 et 8 ans et une prépondérance masculine. 75% des médulloblastomes concerne des enfants, 25% des adultes. Son traitement s'est beaucoup amélioré au cours des 20 dernières années.
Le siège des médulloblastomes est souvent le vernis du cervelet mais aussi les hémisphères cérébelleux, le quatrième ventricule situé entre le tronc cérébral et le cervelet. C'est une tumeur volumineuse et non encapsulée, molle, grisâtre, parsemée de foyers nécrotiques et microscopiquement formée de petites cellules à noyau hyperchromatique disposé en nappes et organisées en palissades, en rosette. Les symptômes fréquents sont des maux de tête, des vomissements dus à l'hydrocéphalie (fluide cérébro-spinal en excès), des problèmes visuels (diplopie intermittente ou permanente), des problèmes d'écriture, une baisse scolaire, de l'indifférence, de l'apathie. Le diagnostic a lieu habituellement de un à trois mois après le début des symptômes.
Diagnostic et évolution
C 'est une tumeur à croissance rapide. Le diagnostic différencie 9 classes de médulloblastomes à pronostic différent. Les facteurs de mauvais pronostic sont un âge de moins de 3 ans, une exérèse incomplète, des métastases, un LCR positif (groupes T3 à M4). Des tumeurs histologiquement semblables peuvent également être observées dans la région pinéale (épiphyse) ou le cortex cérébral (la siège de pensée). Il n'est pas sûr que les tumeurs qui peuvent surgir dans d'autres secteurs du cerveau soient identiques au médulloblastome car la cellule d'origine du médulloblastome reste inconnue. En dépit de beaucoup de recherches, le "médulloblast" n'a jamais été identifié. Les facteurs qui expliquent le développement du médulloblastome, sa tendance à s'écarter en dehors de de son emplacement d'origine, ou sa capacité à résister à la chimiothérapie et au rayonnement sont inconnus à ce jour.
Traitement
Le traitement a évolué au cours des 30 dernières années mais repose pour la majorité des patients sur la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.
La chirurgie
Au cours des 20 dernières années, la chirurgie pour des enfants avec le médulloblastome est devenue plus sûre, pourtant 20% des enfants connaissent par la suite des problèmes neurologiques parfois irréversibles, perte de la parole, difficultés graves d'équilibre. La chirurgie d'enlèvement se fait par aspiration au Cavitron, l'exérèse peut être totale ou partielle. Des problèmes, des complications peuvent surgir 24 heures après la chirurgie, c'est le syndrome postcérébelleux. Mais Il est parfois difficile d'enlever chirurgicalement un médulloblastome qui sera seulement biopsié à la chirurgie. Les enfants dont les tumeurs sont complètement réséquées ont un meilleur taux de survie. La chirurgie peut aussi comprendre la pose de dérivations (valves ventriculo-cardiaques ou péritonéales).
Bilan et évolution
Au scanner on observe une zone hyperdense, homogène prenant le contraste, on constate fréquemment une hydrocéphalie. Mais de petits fragments ont tendance à s'écarter à d'autres emplacements du système nerveux. Des examens plus complets impliquent une ponction lombaire du liquide céphalo-rachidien pour l'évaluation des cellules de tumeur dans le fluide spinal, et des IRM de la zone cérébro-spinale, avec et sans agent de contraste. De nouveaux essais génétiques moléculaires sont à l'étude et viennent s'ajouter à la thérapie et à l'examen du comportement des médulloblastomes. Les facteurs, tels que l'expression de TrkC, erb-B, et n-myc, peuvent être extrêmement importants ; mais ces essais ne sont pas encore disponibles dans le commerce et doivent toujours être considérés comme essais thérapeutiques.
Radiothérapie en sandwich
On appelle ainsi la radiothérapie précédée et suivie de chimiothérapie. La tumeur est radio sensible. Le but du rayonnement est de détruire les reliquats tumoraux éventuels et de prévenir les métastases encéphaliques et spinales. On irradie tout l'encéphale à 25 GY pour les standard, 30 GY pour les hauts risques avec un rayonnement additionnel de 54 GY à l'emplacement de la tumeur dans tous les cas. On y ajoute un rayonnement de l'axe spinal à 25 GY et un rayonnement additionnel de 36 GY sur des métastases spinales. Soit pour 30 séances entre 1800 et 2400 GY. Avec la radiothérapie le taux de survie à cinq ans atteint 40% (80% à 1 an, 55% à 3 et 30% à 10 ans).
Chimiothérapie
On débute la chimiothérapie juste après l'intervention et avant la radiothérapie. Actuellement on utilise en association, 8 drogues en 1 jour (Oncovin, Predsinone, Natulan, Cis-Platine, Endoxan, Belustine, Aracytine, Hydréa) ou VP 16 carboplatine ou VP 16 cyclophosphamide.
Pour les médulloblastomes<3 cm
en risque standard chimio sur 18/24 mois
en haut risque chimio agressive et greffe de moelle. On discute sur l'irradiation.
Sur les médulloblastomes>3 cm
En risque standard chirurgie et 4 cures de chimio avant le rayonnement 4 mois.
En haut risque, chirurgie, 4 cures de chimio, rayonnement et 4 cures de chimio, durée 8 mois. Quelques patients très jeunes peuvent avoir besoin de chimiothérapie plus agressive qui retarderait la radiothérapie pour quelques semaines ou mois.Le traitement agressif d'irradiation de la zone cérébro-spinale, peut en effet nuire au cerveau de l'enfant en développement. Il est difficile de prévoir quelle dose de radiothérapie sera nocive pour chaque enfant individuellement. Il est bien connu que les enfants en très bas âge auront des problèmes significatifs d'étude après une radiothérapie pleine dose et des enfants plus âgés peuvent avoir des difficultés à l'école. Mais une diminution du dosage peut également diminuer son efficacité sur la tumeur. Des approches en utilisant l'irradiation de la zone craniospinale de réduction-dose et de chimiothérapie, pour diminuer des déficits cognitifs, endocrinologiques, et psychologiques, sont évaluées. Elles peuvent diminuer les retards scolaires, mais portent avec eux le risque d'avoir plus d'échecs de la maladie. Des essais ont lieu pour retarder la radiothérapie chez les enfants de moins de trois ans, en utilisant une chimiothérapie multi agents, juste après la chirurgie, afin d'essayer d'arrêter la croissance de la tumeur. D'autres essais utilisent également la chimiothérapie mise directement dans le fluide cérébro-spinal (LCR). La greffe de moelle épinière par auto greffe ou la délivrance périphérique de cellules souches, avec les facteurs de croissance qui stimulent la production de cellules sanguines, sont essayées maintenant mais doivent être étroitement évaluées pour leur sûreté.
Médulloblastomes à risque standard : la radiothérapie hyper fractionnée ne fait pas mieux que l’irradiation conventionnelle.
J Clin Oncol. 2012 Sep 10;30(26):3187-93. Epub 30 juillet 2012
L’irradiation cranio spinale est la clé de voûte du traitement post opératoire des médulloblastomes à risque standard. La dose délivrée est limitée par le risque des séquelles en particulier auditives. Le groupe HIT-SIOP rapporte les résultats de l’étude PNET 4 qui visait à évaluer de manière randomisée l’intérêt d’une irradiation hyper fractionnée (2 fois par jour à 8 heures d’intervalle) chez ces patients. 340 enfants âgés de 4 à 21 ans sont entrés dans cette étude. 122 centres européens ont participé Les patients devaient avoir un médulloblastome localisé dont l’exérèse était considérée comme subtotale (en cas de reliquat supérieur à 1,5cm² une exérèse complémentaire était recommandée). Les doses d’irradiation administrées étaient, en cas d’irradiation conventionnelle de 23,4Gy sur l’axe, 54Gy sur la fosse postérieure en 30 fractions de 1,8Gy chacune 5 jours par semaine et en cas de radiothérapie hyper fractionnée de 36 Gy sur l’axe, 60Gy sur la fosse postérieure avec un boost sur le lit tumoral (68Gy au total) en fraction de 1Gy 2 fois par jour 5 jours par semaine. Cette irradiation était accompagnée d’une chimiothérapie par vincristine (1,5mg/m²/injection une fois par semaine sans dépasser 2mg/injection) et suivie de 8 cycles de chimiothérapie associant cisplatine (70mg/m² à J1), lomustine (75mg/m² à J1) et vincristine (1,5mg/m² sans dépasser 2 mg à J1, J8 et J15).
Les résultats de cette étude sont excellents puisque l’EFS et l’OS à 5 ans de cette cohorte de patients sont respectivement de 79% ± 2% et 86% ± 2%. Il n’existe pas de différence entre l’irradiation conventionnelle ou hyper fractionnée en termes de survie ou de toxicité auditive alors que la dose délivrée est plus importante dans le bras hyper fractionné. Les facteurs de risques retrouvés dans cette étude sont l’existence d’un reliquat tumoral de plus de 1,5cm² ou un délai entre la chirurgie et le début de l’irradiation de plus de 7 semaines.
En conclusion, l’irradiation conventionnelle reste donc la technique de référence pour le traitement des médulloblastomes à risque standard (exérèse quasi complète). La qualité de l’exérèse et la précocité du début d’irradiation sont des éléments pronostics importants.
Pubmed 22851561

Le médulloblastome, la fin du tunnel avec GDC 0449 ?
Un nouvel espoir dans le médulloblastome, la piste du hérisson, GFME en a souvent parlé et les premiers essais cliniques sont très encourageants. Hedgehog est une protéine extracellulaire essentielle pour la régulation de la croissance cellulaire et de la différenciation pendant l'embryogénèse. Hedgehog se fixe au récepteur transmembranaire PTCH1. PTCH1 joue un rôle de frein sur la voie de signalisation d'aval SMO/GLI qui conduit à l'activation de facteurs de transcription. Il semble que la voie de signalisation de Hedgehog soit très importante dans le médulloblastome, tumeur maligne du cervelet de l'enfant et du jeune adulte. Les médulloblastomes naissent en effet des cellules souche embryonnaires résiduelles du cervelet. La voie de signalisation de Hedgehog est essentielle dans le processus de maturation cérébrale. Il a été montré que les souris ayant une délétion de PTCH1 développent un médulloblastome dans un tiers des cas. Par ailleurs, un traitement avec un inhibiteur de SMO a conduit à une régression de ces tumeurs in vivo. Enfin, une activation de la voie de signalisation Hedgehog a été observée dans environ 30% des patients atteints de médulloblastomes, généralement consécutive à une mutation inactivatrice de PTCH1. Dans un essai de phase I concernant surtout des cancers baso cellulaires (cancer de la peau), un patient de 26 ans présentant un médulloblastome métastatique réfractaire a été traité à la dose de 540mg/j de GDC-0449 (antagoniste der Hedgehog) . Ce patient a eu en l'espace de 2 mois une réponse clinique exceptionnelle avec régression complète d'une adénopathie sus-claviculaire et de masses pré-sternales. Radiologiquement, une masse épidurale a aussi complètement régressé. De plus, le patient a pu se passer de son traitement antalgique par morphiniques à hautes doses. Malheureusement, la réponse a été de très courte durée, puisque le patient a de nouveau progressé un mois plus tard. L'analyse génomique de la tumeur a montré une activation de la voie de signalisation Hedgehog avec la présence d'une mutation de PTCH1.
Ce cas clinique est très riche d'enseignement. Comme pour les cancers basocellulaires, il est la preuve du concept que certains médulloblastomes dont la voie de signalisation Hedgehog est activée peuvent répondre à un traitement par inhibiteur de SMO. Seulement voilà, la réponse a été très transitoire. Alors, est-ce la dose et/ou le schéma qui sont en cause ? Faut-il administrer GDC-0449 en association avec une chimiothérapie ou d'autres thérapeutiques ciblées ? Au final, ce cas clinique est certainement très encourageant pour les patients atteints de médulloblastomes. Cependant, il démontre une fois de plus que l'association population de malades sélectionnée + thérapeutique ciblant une voie de signalisation essentielle dans cette population de malades n'est pas synonyme de guérison. Il est à espérer que dans l'avenir que les associations de thérapies ciblées permettront non seulement de prolonger la survie, mais aussi d'augmenter le taux de guérison des patients.
La suite...
ou
http://gfme.free.fr/info7/actualite248.html
Bilan
Si un progrès significatif a été accompli dans la gestion du médulloblastome de l'enfant améliorant le pronostic à 5 ans, des séquelles neurologiques et endocriennes sont constatées, d'intensité variable, retard scolaire, retard de croissance. Il y a peu d'anciens malades insérés professionnellement. Aujourd'hui on cherche à réduire l'agressivité de la thérapie radiologique, de la chimiothérapie. Pour quelques enfants hélas, particulièrement ceux qui sont très jeunes ou ceux dont la maladie s'est disséminée, la survie n'est pas bonne. Beaucoup de travail reste à faire sur l'origine des cellules anormales, et comment on peut contrôler la croissance tumorale. C'est seulement par la compréhension de la biologie de cette tumeur que l'on pourra guérir tous les enfants avec le médulloblastome et leur permettre de mener une vie normale. Tous les essais actuels font que non seulement les enfants survivent, mais connaîtront une qualité de la vie qui leur permette de réussir à l'école, et dans leurs futures vies.
Le médulloblastome comprend 4 variantes moléculaires distinctes
JCO du 07/09/2010
Paul A. Northcott, Andrey Korshunov, Hendrik Witt, Thomas Hielscher, Charles G. Eberhart, Stephen Mack, Eric Bouffet, Steven C. Clifford, Cynthia E. Hawkins, Pim français, James T. Rutka, Stefan Pfister et Michael D. Taylor
'Hôpital pour Enfants Malades, Toronto, Ontario, Canada, Centre de Recherche allemand, Heidelberg, Johns Hopkins Université, Baltimore, MD, Institut de Newcastle, Royaume-Uni, Université Erasmus, Rotterdam.

Résumé :
Les recherches génomiques récentes ont suggéré l'existence de sous-groupes distincts de médulloblastomes. Nous avons étudié une grande cohorte de médulloblastomes pour l'existence de sous-groupes, leurs différences comme leurs chevauchements.
Méthodes :
103 médulloblastomes ont été analysés. Des outils Bioinformatiques ont été utilisés pour découvrir les sous-groupes selon les gènes les plus instructifs. L'analyse immunohistochimique a complété l'analyse.
Résultats :
4 groupes distincts ont été trouvés. Groupe 1 : DKK1 (WNT)
Groupe 2 : SFRP1 (SHH)
Groupe 3 : NPR3
Groupe 4 : KCNA1
Les malades du groupe 3 ont une survie sans progression et totale diminuée.
Conclusions :
Nous avons identifié 4 sous-groupes différents avec des caractéristiques cliniques, des anomalies génétiques et un résultat clinique.
Le médulloblastome peut être classé dans l'un des sous-groupes par analyse immunohistochimie. Les futures recherches sur le médulloblastome et le développement des essais cliniques devraient prendre en considération ces quatre groupes distincts de médulloblastome.
Article original
Le micro-ARN miR-124 inhibe la croissance des cellules de médulloblastome.
Auteurs : Silber J, Hashizume R, Félix T, Hariono S, M Yu, M Berger, Huse JT, Vandenberg SR, James CD, Hodgson JG, Gupta N., Département de Chirurgie Neurologique, Université de Californie, San Francisco, San Francisco, Californie (J.S., R.H., T.F., S.H., M.Y., M.S.B., S.R.V., C.D.J., J.G.H., N.G.); Oncologie et Pathogenèse Programme Humain, Sloan-Kettering Cancer Centre Commémoratif, New York, New York (J.S., J.T.H.);
Résumé :
Le médulloblastome est la tumeur de cerveau maligne la plus fréquente chez les enfants, et un nombre important de malades décèdent à la suite d'une progression de la tumeur. La surexpression de CDK6 est présente dans environ 1/3 des médulloblastomes et est un facteur pronostique défavorable indépendant pour cette maladie. Le micro-ARN miR-124 inhibe l'expression de CDK6 et prévient in vitro la prolifération des glioblastomes et médulloblastome. Nous avons examiné les effets d'une surexpression de miR-124 sur les cellules de médulloblastome in vitro et in vivo et nous avons comparé avec des lignes cellulaires qui avaient une expression de CDK6 plus ou moins importante. La surexpression de MiR-124 inhibe la prolifération des cellules du médulloblastome, et cet effet est servi de médiateur principalement par l'action de miR-124 sur CDK6. Nous montrons ensuite que l'expression de miR-124 inhibe la croissance de xénogreffes de médulloblastomes chez les rongeurs. Des test plus étendus sur miR-124 aidera à définir la possibilité thérapeutique de modèles précliniques de medulloblastome conjointement avec plusieurs stratégies de délivrance de ce traitement.
Pubmed : 23172372
La cause des médulloblastomes
La carence en vitamines prénatales qui peuvent défendre contre les tumeurs de cerveau pédiatriques pourrait être à l'origine des médulloblastomes.
10/10/2006 Paneil Osterweil, passé en revue par Zalman S. Agus, MD ; Professeur honoraire à l'université de l'école de la Pennsylvanie de la médecine.
21 septembre 2006 PHILADELPHIE, septembre 21
Les épidémiologues ont associé que la prise de vitamine par des femmes autour de la conception et tôt pendant la grossesse ont diminué le risque de tumeur de cerveau pédiatrique. Les mères des enfants avec medulloblastomes ou PNET étaient moins nombreuses que les mères des enfants sans tumeur après avoir pris des multivitamines prénatales, ont découvert les Drs Greta R. Bunin, Ph.D., de l'hôpital pédiatrique de Philadelphie, et ses collègues à l'hôpital des recherches des enfants de rue Judas à Memphis. Les mères des enfants avec des tumeurs de cerveau ont tendu à avoir des régimes plus bas en folate et fer. L'étude est rapportée en septembre dans la revue Biomarqueurs épidémiologiques du Cancer. La consommation par les mères de viande salée ou fumée (cured) n'a pas semblé influencer le risque pour les enfants d'avoir des des tumeurs de cerveau ont précisé les auteurs. Les viandes salées ou fumées (cured) ont été désignées comme cause possible des tumeurs de cerveau parce qu'elles contiennent des nitrates et des nitrosamines qui peuvent induire les tumeurs nerveuses de système chez les animaux.« Les résultats de l'étude s'ajoutent à l'évidence du rôle protecteur des multivitamines, qui suggèrent un rôle possible tôt dans la grossesse, et ne trouvent pas une association entre les viandes et les medulloblastome/PNET, » ont-ils écrit. Le Dr. Bunin et ses collègues ont entrepris une étude regardant le rapport entre le médulloblastome et PNET, tumeurs neuroectodermale primitives et l'utilisation maternelle de suppléments de vitamine et de minerai, de micronutriments, et de viandes traitées pendant la gestation. Elles ont questionné au téléphone les mères de 315 enfants aux Etats-Unis et au Canada qui avaient été diagnostiqués avec le médulloblastome ou PNET, tumeur neuroectodermale primitives avant l'âge de 6 ans. Elles ont également adressé le même questionnaire à 315 mères d'enfants sains de même âge et vivant au même endroit, tirées au sort afin d'avoir un échantillon aléatoire. Les participants ont répondu à un questionnaire de 112 articles, des questions au sujet de leur utilisation des suppléments pendant l'année avant grossesse et pendant toute la grossesse. Les auteurs ont écrit qu'ils ont constaté que les mères des enfants ayant développé un cancer étaient moins nombreuses à avoir pris des multivitamines que les mêres d'enfants sains. Ils ont identifié que les données n'ont pas atteint la signification statistique. Cependant, ils estimaient que c'était une observation significative.« Nous avons observé une association inverse avec l'utilisation de multivitamines près de la conception, » ont-ils écrit « dans une étude précédente de médulloblastome/PNET, tumeurs neuroectodermales primitives, sur l'usage de multivitamines dans une période semblable et nous étions arrivés à un ratio statistiquement significatif. L'observation dans l'étude courante est plus faible, mais les données sont semblables à notre conclusion précédente, nous croyons qu'il est peu susceptible que cela se reproduise 2 fois de suite par hasard. »« Il n'y avait aucune indication de risque accru pour la consommation fréquente de différentes viandes traitées, viandes traitées avec ou sans multivitamines» ont précisé les investigateurs. « Les résultas quoique meilleur avec la combinaison viande et vitamine C dans la moitié inférieure n'étaient pas statistiquement significatifs. »En plus, ils n'ont pas détecté un effet protecteur des multivitamines contre le médulloblastome/PNET quand les vitamines ont été prises plus tard dans la grossesse comparée à la période de periconception.« Nos résultats suggèrent que le temps aussitôt après de la conception est une période critique dans le développement de ces tumeurs, » ajoute le Dr. Bunin qui précise « cependant, la plupart des femmes ne savent pas encore qu'elles sont enceintes à ce moment. C'est pourquoi je conseille aux femmes en âge de procréer de prendre des multivitamines pour empêcher les défauts neuraux du tube. »Les auteurs ont reconnu que leurs résultats pourraient avoir été influencés en raison de la conception rétrospective de l'étude. L'étude est publiée par l'institut national de Cancer.


Retour à la page générale