Comment faire le diagnostic ?

Comment fait-on le diagnostic de polyradiculonévrite chronique ?

Le délai diagnostic des polyradiculonévrites chroniques est très variable selon le mode de présentation de la maladie ; il peut dans certains cas être très long de plusieurs années, pris souvent à tort pour une polynévrite ou une neuropathie de cause indéterminée.
Le diagnostic repose un faisceau de critères provenant :
- de l’interrogatoire du patient, de son examen clinique (tels que l’abolition des reflexes) par un neurologue spécialisé.
- mais aussi de certains examens complémentaires.
  • L’électromyogramme

    montre typiquement une diminution de la vitesse de propagation de l’influx électrique sur les nerfs, mais ces anomalies peuvent manquer. Dans ces cas, d’autres examens sont alors nécessaires pour conforter le diagnostic.
  • La ponction lombaire

    sur laquelle on recherche une élévation des protéines du liquide céphalorachidien (LCR) qui traduit l’atteinte des racines nerveuses typique de la maladie.
    • En sachant que ces anomalies sont inconstantes et non spécifiques à cette maladie.
  • La prise de sang quant à elle permet de rechercher une éventuelle cause ou d’écarter des neuropathies pouvant y ressembler (héréditaires).
    Dans un certain nombre de cas, ces premiers examens ne permettent pas de poser avec certitude le diagnostic de polyradiculonévrite chronique bien que cette maladie soit suspectée par votre médecin pour expliquer vos troubles.
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0