Cure thermale

Vous êtes reconnu et pris en charge à 100 % pour une A.L.D. hors liste (Affection Longue Durée). Vous pouvez bénéficier de soins, type cure thermale pour améliorer votre bien-être, ressentir un peu moins les douleurs osseuses…

La cure thermale est prescrite par un médecin et prise en charge par l’assurance maladie. Les soins de cure et le forfait du médecin thermal sont pris en charge à hauteur de 100 %. De plus, pour les personnes prises en charge à 100 %, aucune avance de frais n'est demandée.

21 jours de cure pour se sentir mieux

Les cures thermales comprennent 3 semaines de soins. C’est le temps nécessaire pour que puissent s’exercer au mieux les effets bénéfiques du traitement. Cette durée permet aussi de provoquer une rupture salutaire avec l’environnement habituel du curiste. En effet, si les soins thermaux constituent l’essentiel du traitement, l’efficacité de la cure repose aussi sur la qualité du séjour. Elle est, pour chacun, l’occasion d’une approche plus dynamique et plus responsable de sa pathologie et de sa vie quotidienne. La plupart des établissements proposent d’ailleurs, en complément du travail thermal, des actions de sensibilisation et de prévention afin de permettre au curiste d’apprendre à mieux vivre avec sa maladie. Les séances collectives permettent de dialoguer avec d’autres personnes souffrant des mêmes affections. C’est l’intérêt du thermalisme qui, plus que d’autres thérapeutiques, concentre avant tout ses attentions sur la personne.

Qu’est-ce qu’une cure thermale ?

Traitement médical naturel, la cure apporte des soins par l’eau de source thermale. Sa spécificité tient à son impact global sur la santé des malades. Elle produit des effets biologiques selon les propriétés des eaux, des boues, des gaz, des effets thermiques, mécaniques. Son action peut être préventive.

Quelles maladies répondent à une cure ?

Les cures sont indiquées pour des maladies chroniques, face à des échecs, refus ou contre-indications thérapeutiques, en accompagnement d’un traitement ou en prévention de complications de certaines maladies.

Elle peut être utilisée en complément de traitements « classiques », mais c’est aussi une alternative à l’absorption de médicaments. Elle constitue une approche thérapeutique idéale au regard de l’amélioration de la qualité de vie, et ce tout au long de l’existence.

Comment bénéficier d’une cure ?

Elle est prescrite par le médecin traitant ou le spécialiste qui précise la ou les orientations thérapeutiques et la station. Le document est adressé à la caisse qui donne un retour en 3 semaines.

Les complémentaires participent souvent mais le forfait « voyage et hébergement » reste presque toujours à la charge du curiste. Il faut réserver l’hébergement auprès de l’établissement choisi et prendre rendez-vous avec le médecin thermal 3 ou 4 mois avant la cure. Des cures libres ou de bien-être sont aussi proposées aux accompagnants.

Les prises en charge sont valables pour l'année civile en cours. Si elles sont délivrées au cours du quatrième trimestre, elles restent valables jusqu'à la fin du premier trimestre de l'année suivante. Si elles sont délivrées en décembre, elles restent valables pendant toute l'année suivante.

A noter : Aucun texte ne limite, dans le temps, le nombre de cures thermales donnant lieu à une prise en charge. Dès l'instant que les conditions administratives sont réunies, la demande de cure doit être acceptée par la Caisse d'Assurance Maladie. Cependant, pour la même orientation thérapeutique, une seule cure par an sera accordée.

Quels soins reçoit-on en établissement thermal ?

• Les douches, générales, à pression, filiformes, nasales, locales.
• Les bains d’eau thermale : en baignoire aérobain, hydrobain, en eau courante, carbogazeux, en piscine, avec hydromassages, rééducation, parcours de marche, etc...
• Les massages sous eau thermale.
• Les cures de boisson.
• Les applications de boues thermales.
• Les vapeurs thermales
• L’utilisation du gaz : inhalation, aérosol, injection et vaporariums.
• L’application de compresses imbibées d’eau thermale.
• D’autres pratiques peuvent être réalisées par le médecin.

Dans le cas où la prise en charge est refusée, un recours gracieux peut être présenté à la Caisse, dans les conditions indiquées sur la notification de rejet qui vous est adressée.

Organisation du séjour

Après réception de l'accord de prise en charge, vous devrez prendre contact avec :

• l'établissement thermal : pour vous inscrire à la période de votre choix.

• un médecin thermal de la station : pour prendre rendez-vous le jour de votre arrivée et en tout état de cause avant le début de la cure.

• l'office de tourisme, pour choisir un hébergement : vous choisirez entre les hôtels, les meublés, les hébergements intégrés à l'établissement, les campings, etc. la structure qui vous convient le mieux.

Modalités de prise en charge

Attention : Les modalités de prise en charge des cures thermales peuvent varier considérablement selon qu'il s'agit du régime général de la sécurité sociale ou de régimes particuliers. Tous les établissements thermaux appliquent le tiers-payant, dispensant ainsi l'assuré de l'avance des frais de traitement :

Plafond des ressources

Le plafond s'applique aux ressources de toute nature (revenus professionnels, pensions alimentaires, prestations familiales, revenus mobiliers et immobiliers, frais professionnels inclus dans le salaire), y compris celles qui ne sont pas soumises à l'impôt sur le revenu, perçues du 1er janvier au 31 décembre par l'assuré, son conjoint, ses enfants, ainsi que les ascendants ou autres ayants droit à charge de l'assuré.

En dessous de ce plafond (voir tableau ci-dessous), vous pouvez bénéficier des prestations supplémentaires (transport et forfait hébergement). Ces prestations vous seront accordées sans condition de ressources si vous bénéficiez du régime accident du travail, maladie professionnelle ou Affection de Longue Durée (pour l'indication qui justifie la cure thermale). Vous percevrez, dans ce cas, 100 % de la base de remboursement sécurité sociale (forfait de 150,01 € (984 F) pour l'hébergement ou billet SNCF pour le transport).

Bien entendu, les mutuelles peuvent prendre en charge une partie des sommes restant à la charge du curiste.

Enfin, les honoraires de surveillance médicale ainsi que les prestations supplémentaires (transport + hébergement) sont remboursés par la caisse d'affiliation du curiste sur présentation des justificatifs correspondants.

Une fois arrivé dans la station :

• Vous prenez possession de l'hébergement que vous aurez réservé.

• Vous consultez un médecin thermal de la station (vous aurez préalablement pris rendez-vous), muni du volet 1 de votre prise en charge, et le cas échéant de votre dossier médical. Le médecin prend connaissance de votre dossier médical, s'assure de l'absence de contre-indication et choisit les soins qui vous seront dispensés en fonction de votre pathologie : il établit votre ordonnance de cure. A noter : cette visite peut avoir lieu le week-end ou tôt le matin avant le début de la cure.

La surveillance médicale comprend en général 3 consultations, davantage si l'état du curiste le nécessite.

• Vous vous rendez à l'établissement thermal muni de cette prescription et du volet 2 de votre prise en charge.En fonction de l'ordonnance de cure, l'établissement établit votre planning de cure (horaires des soins), et vous remet l'horaire quotidien de vos soins : la cure peut commencer.

Traitements et tarifs de cure conventionnels

La cure thermale comprend 18 jours de soins, habituellement dispensés 6 jours sur 7.

La Convention thermale qui lie les organismes d'Assurance Maladie et les établissements thermaux fixe le nombre de pratiques dispensées pendant la cure et le tarif pour chacune des orientations thérapeutiques. Sur prescription médicale, les forfaits peuvent comporter des séances kinésithérapie

Forfait N°1 : Hydrothérapie

Forfait N°2 : Hydrothérapie avec 18 séances de kinésithérapie

Forfait N°3 : Hydrothérapie avec 9 séances de kinésithérapie

(Attention ! Le nombre de soins prévu par la Convention Thermale n’est pas modulable. La totalité des soins prescrits par le médecin thermal doit donc être réalisée sous peine d’exposer le curiste au non-remboursement de la cure.)

Vous avez rendez-vous avec le médecin spécialisé de la ville choisie, juste avant que ne débute votre cure. Le forfait du médecin est payé à la fin du séjour, lors de la troisième et dernière visite. Un rapport vous est remis pour votre médecin généraliste traitant.

 

TÉMOIGNAGES :

Voici mon expérience d’une cure de trois semaines effectuée à Bourbon-Lancy, du 10 au 30 août 2008 :

De Lyon et en 2 h 30 de route et d’autoroute, je suis arrivée dans cette ville thermale sise en Saône & Loire. Dimanche 10 août : visite médicale chez le médecin. Ne souhaite pas me donner de massages forts car il a peur que ce soit trop puissant et que je souffre au niveau osseux.

• Première journée :

-- Application de cataplasmes aux endroits stratégiques de mon corps durant une vingtaine de minutes. La chaleur dégagée, entre 40 et 44°, est locale et a un effet sédatif sur la douleur. Chaque journée de soins commence obligatoirement par l’application des cataplasmes.

-- Ensuite direction la douche pulvérisée croisée, ça fouette : Enveloppement général du corps, par l’eau, qui permet une décontraction, un massage général des muscles.

En alternance, la douche colonne vous sera imposée. Éventuellement la douche au jet et à pression, mais moins prescrite en cas de dysplasie.

-- Ensuite vient le bain simple à 36°/38°, en baignoire individuelle, que l’on appelle également bain hydro-aéré, repos et détente assurés : De nombreuses bulles stimulent le corps. Eh oui ! ça peut paraître contradictoire, mais c’est ainsi. Il peut également s’agir d’un bain d’hydromassage où des jets d’eau associés aux bulles stimulent et calment en même temps.

-- Et enfin comme dernier soin, la piscine collective de mobilisation : Des exercices adaptés à votre personne décrits par le kinésithérapeute. Même s’il demande à faire des exercices avec les membres malades, il ne faut pas que la souffrance s’installe. Il faut donc apprendre à maîtriser son corps, ses gestes pour faire en sorte que les douleurs n’apparaissent pas. L’on débute toujours la piscine collective par une marche tranquille.

Dans l’après-midi, je me suis rendue dans cette même piscine désertée … et j’ai nagé tranquillement dans une eau à 34°.

• Seconde journée :

-- Application de cataplasmes ;

-- Massage sous l’eau : Couchée sur une table, une pluie d’eau tiède tombe sur vous pendant que le kinésithérapeute vous masse. Décontraction de tous les muscles garantie ! Hum…Expérience totalement superbe pour ce massage.

-- Hydromassage en piscine à jets : Dans une piscine collective, plusieurs jets sortent des buses et provoquent un massage décontractant et antalgique, localisé suivant votre positionnement. Très souvent pour la colonne vertébrale, les cervicales, épaules et genoux.

-- Douche générale.

Puis les jours passants, un jour sur deux il y a alternance des soins faits le 1er jour et ceux du deuxième jour et des différents bains ou douches. Une seconde visite du médecin a lieu au bout de la mi-cure : Pesée. Demande d’explications de la part du médecin sur ce qui a été entrepris et changement éventuel.

Exemple : boue sur épaules et genoux alors qu’avant les cataplasmes étaient localisés sur les épaules et les cervicales seulement.

Une dernière visite a lieu en fin de cure avec le médecin.

Il existe différents lieux de cure pour la dysplasie (rhumatologie). Pour les connaître, consulter sur Internet ou voir avec votre médecin traitant. Il y a toujours des activités à entreprendre ou des sites à visiter durant le temps de libre… en dehors du repos obligatoire … bien entendu.

Françoise Guyot-Tardy